Go out ! Le magazine culturel genevois à suivre religieusement

Posted on 05/01/2017 by Raquel Monteiro
Pinterest

Si les événements culturels et la jeunesse créative de la ville de Genève tiennent dans un magazine, c’est bien grâce à Go out ! Musique, théâtre, danse, cinéma, design, fashion, évasion et beauté, tout y trouve sa place.

Entre vernissages, expositions, projections, débats, soirées, conférences de presse et lectures, Go Out ! est le fier porte-parole des manifestations culturelles du Grand Genève et de ses jeunes créateurs. Pour ceux qui sortent d’une hibernation prolongée ou d’un sommeil profond, vous ne saurez probablement pas que Go Out ! vit au rythme de la pulsation culturelle genevoise tout en se mariant au dynamisme du blog Coolcats.

Jouant la carte du loisir et des dernières tendances ponctués d’une plume fun, espiègle et irrésistible, c’est la ville qui est célébrée et prête à séduire ses habitants et ses visiteurs. Trônant en véritable récapitulatif des rendez-vous à ne pas perdre, Go Out ! a répondu à quelques questions. Rencontre avec Mina Sidi Ali, co-directrice de la publication.

Comment est né le projet Go Out! ?

L’histoire est longue et digne d’un film Hollywoodien entre un Citizen Kane d’Orsen Wells (pléthore de rebondissements) et les 400 coups de François Truffaut (pour le côté aventureux). On oscille vraiment entre le tragique d’un Racine et le comique d’un Molière. C’est surtout un pari fou où suite à la perte de Michel Chevrolet (le directeur du magazine), nous nous sommes retrouvés Olivier Gurtner et moi dans une fougueuse chevauchée d’abord embourbés jusqu’au cou puis à force de persévérance et la confiance de plusieurs partenaires et amis, nous avons pu prendre notre envol.

goout2

La fine équipe cachée derrière ses pages?

Une équipe de félins fêlés chat-peauté par Hermès, un persan croisé chartreux. C’est surtout un melting-potes formé d’Olivier Gurtner, Mabrouk Hosni Ibn Aleya, Mathieu Roux, Vincent Magnenat, Laurence Amsalem, Pierre-Emmanuel Fehr, Fabien Djabar, Mayla Chevrolet, Alexandre Varela et Olga Baranova. Une équipe hétéroclite qui a vécu à nos côtés une épopée épique, avec pour seul dénominateur commun: une passion pour l’érudition.

Comment décrirais-tu tes valeurs mises en pratique en tant que co-directrice ?

Un sens des deadlines plus dead que linéaires, l’ardeur des pages blanches et l’horreur de la routine, un sens pointu des aventures, l’oubli de soi pour penser pour trois et donc l’esprit de partage et surtout la franchise. Croix de bois, croix de fer, si je mens Hermès ira miauler avec Hadès en enfer!

Quels ont été tes plus grands défis et plus plaisantes réussites dans le projet ?

Pour une adepte des micmacs, collaborer avec des maniaques, éviter une silhouette de sumo en mangeant moins à gogo, savoir savourer chaque instant au lieu de s’auto-dénigrer, déstresser et tresser des liens forts avec des partenaires aussi exquis qu’exemplaires (mercis à l’infini à Ushanga Elébé, Evelyne Lozeron Gentile & Annick Bösiger, Marion Talbot, Monya Hassini, Carlos Benitez, Régis Chamberlain, Pierre Geneston, Fred Leyat, Florence Notter, Anicée Favero, Caroline de Senger, Christine Ferrier, Jurgen Baumhoff, Karin Strescher, Cécile Simonet, Anne-Lise Allisson, Marion Vallée, Sami Kaanan, Sébastien Kaech).

goout1

Quelle est la dynamique entre Go Out! Mag et le blog coolcats?

On ne veut pas se limiter à nos 100 pages mensuelles et son entrave temporelle. Ainsi, le blog complète le magazine. Il est davantage co-géré par mon duo, ma vitamine C, mon génie, ma poésie, mon atome d’élégance et d’intelligence, ma tempête des sens – aussi déroutant et audacieux que généreux – Mabrouk. Il a secoué l’échelle de Richter chez Go Out! en donnant entre autres l’impulsion qui a rendu la vie à notre blog et celle pour superviser la nouvelle application Toot Sweet que nous lançons le 7 décembre prochain.

Côté coup de cœur, tu es amoureuse de la ville de Genève parce que…?

J’y suis née tout d’abord, puis pour ses paysages culturels et géo-graphiques. Cette ville m’a éduquée, m’a donné la chance de pouvoir m’y exprimer. Je suis très heureuse de pouvoir aujourd’hui lui rendre un peu de ce qu’elle m’a tant offert en la valorisant à travers le magazine. Et comme l’a très bien formulé mon érudit de co-directeur Oliver Gurtner: « Genève c’est comme un coffre-fort, difficile à ouvrir, à accéder mais une fois qu’on a réussi à passer la porte on y trouve de merveilleux trésors».

Côté coup de gueule, si tu pouvais changer quelque chose à Genève?

Je ne suis jamais lassée par mon métier, juste parfois par ses à-côtés dont la politique, je bouleverserais bien cette majorité qui nous gouverne en ce moment. Je remplacerai certaines poupées marketés aux goûts formatés par des personnalités plus affûtées. Enfin, des gens qui comprendraient que culture se conjugue au pluriel, que cette dernière est vitale et ne se hiérarchise pas.

À suivre sur: Magazine, BlogFacebook, Twitter, Instagram

 

Pinterest

Author

One comment

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Install coolbrandz


add to home screen

Install the coolbrandz webapp
to your Home Screen.